1. Contexte

Le calcul de la consommation d’éclairage en RT 2012 fait une distinction entre éclairage mobilier et éclairage immobilier.
Cette notion n’apparait que dans le cas bien précis des locaux dont l’utilisation a été définie comme « Bureau » à l’intérieur d’une zone d’usage général « Bureaux ».

La méthode de calcul RT 2012 indique :
« La consommation d’éclairage résulte de l’éclairage général, opposable et appelé immobilier et l’éclairage apporté après construction, appelé mobilier.
Si l'éclairage immobilier ne permet pas d'atteindre l'éclairement requis, l'éclairage mobilier assure le complément sur la base de 1 W/m²/100 lux. »


  • Méthode

Pour effectuer ce contrôle, la méthode requiert trois informations :

  1. L'éclairement requis, exprimé en lux
  2. La puissance d'éclairage immobilier installée, exprimée en W/m²
  3. La densité de puissance de l'éclairage immobilier, exprimée en W/m² pour 100 lux


De la puissance installée et de sa densité on en déduit l'éclairement restitué, soit : éclairement restitué (lux) = puissance installée (W/m²) x 100 / densité (W/m²/100 lux)

Si l'éclairement restitué est au moins égal à l'éclairement requis le calcul est terminé.
Si l'éclairement restitué est inférieur à l'éclairement requis, on comptabilise une puissance supplémentaire nécessaire pour atteindre celui-ci en tenant compte d'une densité conventionnelle de 1 W/m²/100 lux.


  • Exemple

Pour un éclairement requis de 500 lux et une puissance d'éclairage installée de 6 W/m².

  1. Si la densité de puissance de l'éclairage est de 1,2 W/m²/100 lux, on va trouver : éclairement restitué = 6 x 100 / 1,2 = 500 lux. L'éclairement requis est donc atteint.
  2. Si la densité de puissance de l'éclairage est de 2 W/m²/100 lux, on va trouver : éclairement restitué = 6 x 100 / 2 = 300 lux. L'éclairement requis n'est pas atteint et il manque 200 lux. Une puissance supplémentaire de 2 W/m² sera comptabilisée.