La RT 2000 ayant abrogé les règles THD (calcul des déperditions) qui donnaient une méthode précise de prise en compte des débits d’air pour les calculs, il n’existe plus depuis pour l’installateur qu’une obligation de résultat.

Pour répondre à cette obligation, il peut s’appuyer sur la norme européenne EN 12831 qui donne une « Méthode de calcul des déperditions calorifiques de base ». Cette norme de 2004 qui présente pourtant de nombreuses faiblesses est la dernière disponible. Les méthodes de calcul des parois par exemple sont sur bien des points contradictoires avec les règles ThU plus récentes. La norme est par ailleurs totalement muette sur les méthodes de calcul des linéiques.

Pour le calcul de la ventilation la situation n’est pas plus brillante. Pour la prise en compte des débits insufflés et extraits elle indique simplement que le concepteur doit les indiquer et propose par défaut des valeurs.

Pour la prise en compte des infiltrations elle donne une méthode détaillée basée sur la norme 13465 qui calcule a partir de l’équilibre des pression et une méthode très simplifiée travaillant par grands paliers. De plus la norme 13465 n'était valide que pour les logement et depuis elle a été remplacée par la norme EN 15242. Il va falloir donc rapidement pouvoir basé le calcul sur cette norme EN 15242 (le côté positif est que la RT 2012 s’appuie sur la même norme EN 15242.)

Dans les logement la réglementation d’hygiène (de 82) indique les débits maximum qui doivent pouvoir être extrait à un instant donné. Ce texte de 82 ne parle en aucune façon du calcul de déperdition. Il n’y a donc aucun sens à vouloir s’appuyer directement dessus pour fixer une règle de calcul. C’est bien pour cela que les règles ThD à l’époque détaillaient la méthode de calcul. La liberté du concepteur reste donc très importante.

Au cours des dernières années les calcul ont pris en compte l’inertie du bâtiment, les système de régulation, etc. Du fait de l’inertie, lors d’une pointe pour le débit de ventilation la puissance nécessaire pour la combattre sera impactée de façon limitée. Ce qui semble raisonnable est donc de prendre en compte le débit moyen de ventilation en tenant compte comme dans la réglementation de l’imprécision des systèmes de ventilation et des pertes par les réseaux.


Le complément national P52-612CN indique lui, pour le paragraphe D.5.1, que le débit à prend en compte est le débit moyen tel que défini dans la RT2005.