Réf : paragraphe 7.8.3.1.2 de la méthode Th-BCE

Si une zone possède des façades avec des orientations différentes, il faut déterminer s’il existe ou non une perméabilité horizontale, c’est-à-dire s’il y a des transferts d’air horizontaux à l’intérieur même de la zone (un détalonnement des portes intérieures est suffisant). La présence ou l’absence de perméabilité horizontale impacte le calcul des coefficients de pression du vent sur les façades ce qui modifie les débits dair dus à la transparence de l’enveloppe. Ces derniers correspondent aux débits passant par les entrées d’air et par les défauts d’étanchéité de l’enveloppe (aussi appelés perméabilité à l’air).
Sans perméabilité horizontale, les coefficients de pression sont fixés conventionnellement à des valeurs relativement faibles (de lordre de 0,05).
Avec perméabilité horizontale, ils sont environ 10 fois plus élevés et sont fonctions de la hauteur du bâtiment, de l’inclinaison  de la toiture et du niveau de protection au vent.
Les débits d’air dus à la transparence de lenveloppe sont ensuite calculés en fonction de la vitesse  du vent. Ainsi, selon le département, l’impact sur le coefficient Bbio de la présence d’une perméabilité horizontale peut fortement varier. Cet exemple sur un logement collectif l’illustre :

Bbio en points
sans perméabilité horizontale avec perméabilité horizontale variation
département 49 79,6 97 18 %
75 94,9 103,8 8,5 %

À contrario, l’orientation du bâtiment n’a pas d’impact propre sur ces débits puisque le fichier météo du CSTB ne prend pas en compte l’orientation du vent. Le Bbio va évoluer en raison des changements sur les déperditions et les apports mais l’impact de la prise en compte de la perméabilité horizontale reste dans les mêmes ordres de grandeur.
Sur le coefficient Cep, l’impact est moindre puisque certains aspects, notamment la consommation d’ECS, sont insensibles au phénomène. Sur le même exemple :

Cep en kWhep/m²
sans perméabilité horizontale avec perméabilité horizontale variation
département 49 67,2 76,8 12 %
75 76,5 81,5 6 %

Le calcul de confort d’été est peu impacté puisque le calcul du coefficient de référence (TicRéf) prend en compte les mêmes paramètres que le calcul du Tic.

Remarque : Le caractère traversant au sens des circulations d’air horizontales entre locaux d’une même zone n’est pas identique au caractère traversant d’un groupe au sens de la surventilation par ouverture des baies. En effet, dans le second cas, le caractère traversant est lié à la possibilité d’ouvrir les baies de deux façades d’orientations différentes et les portes intérieures entre ces deux façades.