Comment d’écrire une paroi qui est constituée d’une couche de verre qui recouvre une façade comprenant des partie vitrées et des parties opaque ? Comment prendre en compte la partie opaque, comment prendre en compte la partie vitrée ?
En attendant que les façadiers, en collaboration avec le CSTB, ne développent des méthodes reconnues pour traiter ce genre de cas, nous pouvons obtenir un résultat approchant de trois manières différentes.



  • Méthode 1 : paroi composée

Il faut considérer d’une part  la partie vitrée comme un triple vitrage : un vitrage simple, un espace conséquent et un double vitrage. Cet espace doit inclure une ventilation naturelle. Le tirage thermique est calculé avec une hauteur plus petite qu’en réalité mais la différence est peu sensible.

Le calcul d’une menuiserie particulière de ce type est possible pour un logiciel spécialisé (comme Physalis), il suffit de réinjecter dans le catalogue les valeurs des coefficients U, S et Tl calculés par celui-ci.

D’autre part, on considère une partie opaque dont la couche la plus externe est du verre et la couche précédente une lame d’air fortement ventilée.



  • Méthode 2 : espace tampon

Dans ce cas, on décrit la paroi et les menuiseries afférentes normalement.

Cette paroi sera non pas considérée comme donnant sur l’extérieur mais sur un espace tampon solarisé dont l’unique paroi sur l’extérieur sera porteuse d’une menuiserie de même taille ayant pour caractéristiques celles du verre extérieur. Un très fort débit de ventilation dans l’espace tampon permettra de prendre en compte la ventilation de la lame d’air.



  • Méthode 3 : paroi composée, dont un vitrage avec protection extérieur

Cette méthode se rapproche de la première. La différence étant dans la description de la partie vitrée.

Si la façade double peau ne comporte pas de protection mobile extérieure, il est possible de considérer que pour la partie vitrée, ce verre supplémentaire constitue une protection extérieure.

Les caractéristiques de la protection (taux de transmission, réflexion, etc.) seront celles du verre. Elle sera considérée comme automatique en décrivant un automatisme tel que la protection soit en place en permanence.